Avant d'entrer dans les détails de ce que permet de découvrir une analyse attentive des pages qu'Hannah Arendt a consacrées aux crimes de Staline et, à travers eux, à la mise en scène de ce qu'elle appelle le "totalitarisme", il faut tout de suite souligner l'urgence à laquelle cette idéologue se trouvait, semble-t-il, soumise, puisque, ainsi qu'elle l'écrit dans cette même préface, elle s'est mise à la tâche dès 1945... qui est l'année du triomphe tous azimuts de... Staline.

      Désormais, c'est entendu, il n'y a plus d'U.R.S.S. Abstraction faite de l'éventuel rôle d'une Chine encore très lointaine et qui n'a rien de comparable dans ses modalités d'action extérieure et intérieure, il paraît que le communisme est mort de sa belle mort en Europe. Il n'y aurait plus d'avenir que pour le mode capitaliste de production et d'échange, et pour l'exploitation qui va avec : voici donc quelques dizaines de millions de chômeurs et de chômeuses...

     Mais d'où vient qu'en 1945, l'U.R.S.S. ait pu apparaître comme le grand vainqueur de la Seconde guerre mondiale? Et d'où vient que, moins de cinquante ans plus tard, elle se soit retrouvée à genoux?

     Une partie de la réponse se trouve dans le livre d'Hannah Arendt et dans la voie qu'il a ouverte. C'est ce que nous allons essayer de voir ici.

     Il faut cependant indiquer que ni Staline, ni l'U.R.S.S. ne sont nés spontanément dans l'Histoire du monde. L'un comme l'autre sont le fruit indirect d'un travail d'analyse mené par trois personnages dont il est possible de présenter les convergences en leur donnant l'occasion de revivre devant nous, mais en présence de militants de leur temps qui seraient venus les questionner sur l'état de leurs travaux aux différentes époques de leur parcours intellectuel et politique : Marx, Engels, Lénine.

     C'est le sujet du livre "Entretiens avec Karl Marx, Friedrich Engels, Vladimir Ilitch Lénine"...

14 - E

     

         Michel J. Cuny                             

         Editions Paroles Vives

         2008

         (459 pages, 29 € ) peut être commandé

         directement par courriel (sur ce blog, tout en haut, à droite).

         Pour atteindre la page de commande et de paiement,

                                   c'est ici.

 

 

     Il se présente lui-même ainsi :
     "Comment Karl Marx aurait-il répondu aux questions que serait venu lui poser, en 1848, puis en 1852, en 1866, en 1870, et enfin en 1875, un jeune visiteur français, lui-même emporté corps et âme, d'abord par la révolution de 1848 puis, vingt-trois ans plus tard, par la Commune de Paris?

    
Après la disparition de l'auteur du Capital en 1883, qu'aurait dit son ami Friedrich Engels à ce même visiteur, vieil homme comme lui, en 1884 et en 1894?
     Plus tard, reprenant la tâche là où l'avait laissée son grand-père, voici le petit-fils du communard qui interroge Vladimir Ilitch Lénine tour à tour en 1905, 1912, février 1917, octobre 1917, novembre 1918.
     Marx, Engels, Lénine... dans le feu de l'action ou dans le calme d'une réflexion qui n'en finit pas d'interroger sur les transformations des sociétés humaines... Marx, Engels, Lénine... à partir de textes tirés de leurs livres, de leurs articles de presse, de leurs correspondances... Marx, Engels, Lénine... dans l'intimité d'une discussion qu'il ne tient qu'à chacun de nous de poursuivre à sa façon avec eux, face à un monde qui demande, encore et toujours, que nous y prenions nous aussi notre place."